Articles C&Z en français


Les origines de la musique cajun

Vous embarquez depuis la France à bord d’un bateau pour une longue, très longue traversée. Vous êtes un petit paysan du Poitou pauvre et sans le sou. Que prenez-vous avec vous ? A priori, le strict nécessaire. Autrement dit, vous débarquez dans le Nouveau Monde sans instrument de musique. Renoncez-vous pour autant à la dite musique ? Bien sûr que non. Vous faîtes avec les moyens du bord et vous chantez a capella. Si vous êtes un peu dégourdis et avez le sens du rythme, vous battez la mesure avec vos pieds et vos mains. C’est ainsi que sont nées les premières chansons cajuns. Chansons à boire, bien entendu, mais aussi hymnes religieux et berceuses.

Lire plus

Les cajuns : un peu d’histoire

Du Poitou à l’Acadie

Au début du XVIIe siècle, le cardinal Richelieu envoie de pauvres paysans du Poitou en Acadie, au nord du Canada. Leur mission ? Coloniser ce vaste territoire, propriété du roi de France, où ne vivent que trappeurs et coupeurs de bois. A leur arrivée, les colons (une centaine de famille) s’organisent autour du petit fort de Port-Royal. Les terres sont faciles à cultiver, la communauté prospère et ne cesse de s’agrandir. Mais ce succès trop éclatant ne tarde par à susciter la jalousie des Anglais qui voient d’un mauvais œil cette trop riche communauté de catholiques. En 1710, ils s’emparent de Port-Royal avant de se rendre totalement maîtres du territoire. En 1713, l’Acadie devient Novia Scotia. D’abord tolérés comme «Français neutres», les Acadiens se voient bientôt sommés de prêter allégeance à la couronne d’Angleterre et de se convertir au protestantisme. Beaucoup refusent.

Lire plus

Français louisianais Histoire

La formation du français de Louisiane s’est faite en deux temps : une première installation des Français dans la région à la fin du XVIIe siècle et un premier peuplement venu de différentes régions de l’empire colonial français avait vu la formation d’une communauté française en Louisiane. Cette dernière, par ses contacts répétés avec les Amérindiens locaux, notamment les Choctaw, forma une variété de français fortement teinté d’emprunts choctaw. Ensuite arrivèrent un grand nombre d’Acadiens chassés de leur colonie française en Nouvelle-Écosse par les Anglais, ces derniers initièrent une scolarisation plus rigoureuse de la colonie mais cette scolarisation fut menée pour la plupart par des Français de Louisiane et non des Français européens, bien que des contacts aient été largement maintenus. Le mélange de cette variété de français-choctaw avec le français acadien donna naissance petit-à-petit au français cadien.

Lire plus

Leave a Reply

Your email address will not be published.